Ce numéro thématique de Crisol rassemble les interventions présentées lors de la journée d’études internationale « Le bien vivre en Équateur : alternative au développement ou développement alternatif ? », organisée le 7 décembre 2018 par le Centre d’études équatoriennes du Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines (CRIIA) de l’Université de Nanterre. Dix ans après la proclamation du bien vivre comme principe recteur par la Constitution équatorienne, il est aujourd’hui opportun d’esquisser un premier bilan des processus de conceptualisation et d’institutionnalisation. L’objectif de cette rencontre était de mettre en évidence la polysémie de la notion du buen vivir et les ambiguïtés qui en résultent, à la lumière de sa déclinaison et de ses tentatives d’application dans les politiques publiques. Au travers des réflexions publiées ici, il apparait que l’Équateur reste aujourd’hui dans une dynamique développementiste, dans laquelle le bien vivre ne constitue pas encore une réelle alternative. Si d’un point de vue théorique, les avancées sont importantes, un long chemin reste encore à parcourir pour la mise en place d’actions étatiques cohérentes. 

Diana Sarrade Cobos et Emmanuelle Sinardet

 

68785496_451854789002204_636518023891727

SOMMAIRE

Emmanuelle Sinardet (Université Paris Nanterre), Diana Sarrade Cobos (Université de Bordeaux), Avant-propos

Diana Sarrade Cobos (Université de Bordeaux), Introducción

Salomé Cárdenas Muñoz (CESPRA-EHESS/CNRS), «El “Buen vivir” en Ecuador: etnogénesis, interacciones y transferencias discursivas entre lo glocal y lo nacional»

René Ramírez Gallegos (Centro de Estudios Sociales de la Universidad de Coimbra), «Los "bienes relacionales" en la socioecología política de la vida buena»

Andrés Chiriboga-Tejada (Institut d’Études Politiques de Paris/iep – sciences po), «La gestion de la liquidité dans l’économie du Bien Vivre»

Betty Espinosa (FLACSO Sede Ecuador), «¿Buen vivir en Ecuador? Avances y controversias sociales y ambientales, 2007 a 2017»

Elena Ciccozzi (Chercheuse Associée – CREDA, Sorbonne Nouvelle), «El Buen Vivir a la prueba del Neoextractivismo. Ambigüedades del progresismo ecuatoriano y continuidad con el Neoliberalismo»

Pablo Cardoso (Universidad de las Artes, Guayaquil) et Ana Lucía Torres (Institut de Santé Publique - Pontificia Universidad Católica del Ecuador), «Politiques Publiques du “Buen Vivir” et systèmes traditionnels de connaissance: le cas des sages-femmes et le Système National de Santé en Équateur»

 

Mentions légales

Crisol série numérique / ISSN : 2678-1190

Directrice de la publication : Caroline Lepage

200 avenue de la République 

92000 Nanterre

c.lepage@parisnanterre.fr

Publiée: 2019-08-26